🤑 Faut-il aimer l'argent pour entreprendre ?

S’il y a un sujet, autre que la politique, qui peut déchaîner les passions c’est bien celui de l’argent. Vous l’aurez peut-être remarqué, c’est quelque chose que l’on s’accorde peu à aborder en famille, entre amis ou avec ses collègues. Et si vous vous y risquez, c’est malgré vous l’occasion de passer pour quelqu’un de vénal, matérialiste ou encore superficiel.

En fait, ça m’a toujours surpris de voir si peu de personnes à l’aise à parler d’argent.

Dans notre société, le rapport à l’argent est quelque chose d’ambigu. On est gêné lorsque l’on parle de salaire ou on n’ose pas négocier lorsque l’on achète. Pourtant ça ne vous aura sûrement pas échappé que l’argent est partout et régit notre quotidien.

Vous voulez une voiture ? Il vous faut de l’argent. Vous voulez voyager ? Il vous faut de l’argent. Vous voulez manger ? Il vous faut de l’argent.

Être à l’aise lorsque vous parlez d’argent ne fait pas de vous un requin. Plutôt que de l’ignorer, assumez-le ! Changez votre rapport à celui-ci. Ne voyez pas l’argent comme un but en soi mais plutôt comme un outil, un moyen permettant d’atteindre votre but.

J’expliquais la dernière fois qu’une entreprise ne pouvait fonctionner qu’à partir du moment où la passion se transforme en business. Mais pour ça faut-il encore avoir le bon mindset. Car si vous avez encore des doutes, avouons-nous le franchement, oui le but d’une entreprise est de gagner de l’argent.

L’argent est indispensable

Lors de ma dernière aventure entrepreneuriale, nous nous en sortions tant que nous proposions des prestations de services qui assuraient un minimum de revenu à l’équipe. Le problème ? C’est qu’assurer le salaire de 4 personnes ne nous permettait pas d’allouer assez de temps à notre projet. Il fallait choisir. Nous nous sommes donc concentrés uniquement sur celui-ci et nous avons décidé de vivre sur nos ressources personnelles car il n’était pas viable. Le compte à rebours était lancé. Et c’est alors que l’argent, qui n’avait pas été un réel problème jusque-là, devenait le centre de nos préoccupations et inquiétudes.

En fonction de votre niveau de vie et de l’ampleur de votre projet, vous aurez besoin d’un montant plus ou moins important pendant une durée plus ou moins longue. Cependant inutile d’avoir hérité ou gagné au loto. Vous devez surtout vous assurer de pouvoir continuer à subvenir à vos besoins et ceux de votre famille; manger, payer votre loyer et même investir dans les premiers moments de votre entreprise.

Vous avez assez d’énergie pour vous lancer en parallèle de votre travail de salarié ou de votre activité d’indépendant ? Vous avez des économies de côté ou du chômage pour une année ?

C’est un bon début et ça vous évitera bien des tracas. Par contre, si ce n’est pas votre cas, posez-vous cette question.

Qu’est-ce qu’il vous faudrait pour vivre décemment durant la période qui précédera le moment où mon entreprise pourra me rémunérer ?

Vous l’aurez compris, l’argent dans la création d’entreprise, c’est un peu le nerf de la guerre. Moins vous en aurez, plus cette belle aventure risque d’être courte.

Et même si la presse spécialisée autour du monde startup regorge tous les jours d’histoires d’entreprises qui démarrent à coup de levées de fonds de plusieurs centaines de milliers d’euros, avant d’en arriver là il y a encore pas mal de travail et en attendant il faut bien survivre vivre !

L’argent n’est pas indispensable

Maintenant que vous avez assuré un minimum vos arrières, vous pouvez vous concentrer sur la création de votre projet d’entreprise. L’accès à l’entrepreneuriat n’a jamais été aussi facile qu’à notre époque. Entre les aides de l’État, l’allégement administratif ou les ressources qu’Internet nous offre, la chance est donnée à chacun.

Ce n’est pas parce que vous avez peu de moyens financiers que vous ne pouvez pas créer votre entreprise. Ce n’est pas non plus parce que vous en avez que vous devez vous lancer à corps perdu et tout investir dans celle-ci les yeux fermés.

Trouver son marché, créer un prototype, réaliser un logo, une page web ou encore une vidéo… voilà autant de choses qui ont été rendues abordables grâce à la démocratisation du web et la création de nombreux outils et services. Grâce à eux, vous pouvez éviter de liquider votre capital de départ sans pour autant limiter votre développement.

Et pour cause ! Tant que vous n’êtes pas certain de la rentabilité que peut vous offrir votre entreprise, vous devez chercher à optimiser chacune de vos dépenses. Comme Frédéric Mugnier, cofondateur de Faguo, le dit “chaque sou est un sou” et à ce stade tout à son importance, l’effet papillon vous connaissez ?

Avant que Airbnb ne devienne un succès, ses cofondateurs sont aussi passés par là. Arrivés à court de moyens mais loin de se décourager, ils ont surfé sur la vague de l’élection présidentielle du moment et ont vendu pour plus de 30 000$ de boîtes de céréales créées à l’effigie des candidats leur permettant de continuer leur aventure.

Airbnb bootsraping

Vous avez besoin de matériel ? Traquez les bons plans. Il vous manque une compétence ? Achetez un livre et formez-vous ou networkez et faites de l’échange de services. Vous avez besoin de plus de moyens ? Soyez malin !

Bootsra..quoi ?

Cette pratique d’autofinancement et d’optimisation de ses ressources est très répandue dans la création d’entreprise et s’appelle le bootstrapping. Bootstrapper, c’est faire en sorte de se débrouiller par soi-même, de faire le maximum avec le minimum, de chercher à se financer et se développer par ses propres moyens sans faire appel à des investisseurs extérieurs. C’est en même temps prouver que l’on y croit et qu’on est prêt à jouer les MacGyver pour créer son entreprise.

Même si le sujet de l’argent accompagne finalement le quotidien dans la création d’une entreprise, ce n’est pas pour autant que vous en verrez beaucoup la couleur au début. Si celui-ci est la seule source de votre motivation, vous risquez de tomber des nues. Mais si vos motivations sont différentes, l’argent sera la récompense de tous les efforts que vous aurez fournis.

Publié aussi sur MediumPublié aussi sur Medium